AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une Visite de Courtoisie [PV Chrysmel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Une Visite de Courtoisie [PV Chrysmel]   Jeu 28 Juil - 20:11



Une Visite de Courtoisie
Feat Chrysmel Blund
Dans la vie d'un mercenaire, d'un renégat. Il y a des choses auxquelles on n'a jamais fait face. Des choses qui n'auraient jamais étaient imaginables ou bien possibles, et il arrive que ses choses-là te tombent en plein dans la figure. C'est ce qui arriva à Roy, pseudo-mercenaire.

C'était une journée relativement normale pour lui. Une simple routine d'entraînement aux armes, une douche à la taverne du coin. Enfin bon, un quotidien donc il a l'habitude, mais. Dans cette journée, un simple élément la changea en une journée totalement pas ordinaire. Car en effet, pendant son petit-déjeuner à la taverne, il reçoit une lettre qui lui était adressée. Une lettre ? Qui aurait l'idée de lui en écrire une, surtout que personne n'est sensé savoir qui il est, ou bien avoir son nom. Il y avait des tas de questions dans la tête du jeune mâle, qui mériter dans un sens des réponses. Mais, un détail, répondit à la moiter des questions qu'il avait en tête.

La lettre n'était pas une lettre quelconque, mais une lettre de convocation avec le sceau du gouvernement dessus. Sur le coup, le mercenaire fut surpris de voir ça, lui qui avait au passé déserté l'armée pour diverse raison. C'était pour l’exécuter ? Le réprimander..? Un moment de peur commença à pénétrer en lui. Mais malgré la peur au ventre, il décida d'ouvrir et de lire la lettre.


À l'attention de Mr. Roy Wildbane
De la part de Chrysmel Blund Dykel,
sergent de la première division de l'armée royale,
fille du dirigeant Sren Dykel.

Je vous convoque, Monsieur, par la présente missive, dans les locaux de l'Académie Yhk Alsh, située dans le Sud de notre région d'Eklaymona.
Le motif de votre convocation portera sur votre récente désertion de l'armée, rapportée par nos généraux.
Nous discuterons également de différents éléments qui ont pu être observés lors des nombreux rapports qui me sont remontés.

En cas de non-disponibilité, veuillez me faire parvenir une missive faisant état de votre absence, ainsi que le motif de justification, et ce directement au nom de Mr. Le Directeur de l'académie, qui me fera parvenir votre message.

Pour pénétrer dans les locaux de l'académie, veuillez vous diriger vers le Grand Hall d'entrée et prévenez l'accueil de votre visite en présentant cette lettre, qui fera office de laisser-passer.
L'accueil vous redirigera par la suite pour me rejoindre.

Cordialement.
Chrysmel Blund Dykel.





Un soupir échappa des lèvres du jeune mâle, car en effet. Ses peurs n'étaient pas hasardeuses, mais. La lettre avait un aspect relativement pacifique. S'il voulait l’exécuter, pourquoi est-ce qu'il prendrait la peine de le convoquer ? Ce n'est pas les genres à se prendre la tête avec ce genre de choses pour gérer les traîtrises. Enfin bon, après une mémorisation du nom du sergent. Il décida quand même de faire face à son destin et de se rendre à cette Académie.

L'académie Yhk Alsh. Ce nom ne lui était pas des plus inconnu, car il avait déjà entendu des gens y parler, et surtout qu'il y avait pas mal d'indication pour se rendre à cet endroit. C'est là-bas qu'il y a le plus de concentration de gens, car oui. Cette académie offrait pas mal de possibilité aux élèves. Du coup, c'est avec son temps, qu'il se dirigea vers ce lieu qui était une nouvelle expérience pour lui. Il n'avait jamais eu en tête d'aller à cet endroit, n'aimant pas les endroits peuplés, on va dire.

Après une bonne heure de marche, le mercenaire arriva finalement devant les portes de l'académie. C'était énorme, sans parler du jardin qui précède le bâtiment. C'était vaste, beau. Enfin, agréable au œil. Il passa la porte tout en dirigeant vers la porte principale qui est sensé mener au bâtiment principal ofc. Et de même pour l'intérieur de l’académie. C'était énorme, spacieux. Comment s'y retrouver ? Ah oui, l'accueil. Heureusement que le Carkha avait une mémoire fonctionnelle. Sinon il aurait encore -perdu- du temps pour trouver l'endroit ou aller dans ce lieu.

Une fois arrivé devant l'accueil, il présenta la lettre qu'il avait reçue au part avant. Après une bonne vérification de la part de la personne devant lui, il recevra de nouvelles indications pour arriver au lieu de la convocation. Et bordel, les mises en garde étaient relativement énormes. En clair. Ne fais pas le con. Roy ne fit qu'acquiescer avant de se mettre en route. Il devait maintenant trouver amphitheâtre, qui était le lieu de son rendez-vous et convocation. Et là, la pression commença à monter en lui. Au part avant, il n'aurait pas eu peur de telle chose, car il a quand même affronté beaucoup de choses dans sa vie, mais si c'était bien pour une exécution. Il ne savait pas VRAIMENT comment il allait s'en sortir, car en soit. Il y allait les yeux fermer droit dans la gueule du loup. Mais il espérait quand même être entendu avant tout jugement. Même s'il n'a pas confiance au système Carkha.

Après un bon moment de recherche, il arriva finalement devant les portes de l'amphithéâtre. Un bon souffle pris, il ouvrit la porte avant de rentrer à l'intérieur. Et en effet, ça portait bien son nom. La salle était vraiment grande. Il y avait de la place pour BEAUCOUP de monde, que c'était assez dur de compter. Et sur la scène, se tenais une personne, dos au place assise et face à la scène. Il avala sa salive avant de marcher entre les sièges. Après qu'il a pris une bonne distance d'approche. Il décida de parler, d'un ton calme.

« Roy Wildbane vient d'arrivé.  »

Il ne peut s'empêcher de toussoter tout en examinant la personne en face de lui. Enfin son dos, vu que c'était la seule chose qu'il pouvait voir sur-le-champ. De longs cheveux blancs, une longue robe noire. Ce n'était pas vraiment l'apparence d'une personne militaire. Ou bien était-ce vraiment elle ? Le doute habita Roy.

« Euh, savez-vous ou ce trouve Madame Blund, Chrysmel Blund ? »

Il posa quand même la question, juste pour être sur, ne se doutant pas de la personne en face de lui. C'est ainsi qu'il apprit quand même une chose. L’apparence n'est pas la réalité.
Code by Joy


Dernière édition par Roy Wildbane le Sam 30 Juil - 11:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Chrysmel Blund

avatar

Messages : 17

MessageSujet: Re: Une Visite de Courtoisie [PV Chrysmel]   Ven 29 Juil - 2:03



Une Visite de Courtoisie


Je n'étais pas vraiment fière de moi.
Je savais que Père avait pour habitude de céder assez facilement à nos caprices, mais ce n'était jamais sans conséquences. Et pourtant, cette fois encore, j'avais fait un caprice pur et simple à Père en insistant pour qu'il me confie une tâche importante.
J'étais pressée, pressée de monter en grade au sein de l'armée, et le meilleur moyen était sans aucun doute de rendre Père fier. Mais au fond de moi, je suis consciente que je m'y prend mal, que ce n'est pas comme ça que je pourrais arriver à mes fins. Mais, maintenant, le mal est fait ...

J'avais réussi à récupérer une petite mission, des plus banales. Celle de m'occuper de la désertion d'un soldat d'une division secondaire de la région, qui avait provoqué beaucoup de polémiques au sein des rangs des soldats.
D'après les rapports, le soldat en question avait déserté l'armée de son propre gré, et avait été jugé en tant que traître au sein de la division, abandonnant ses frères en plein apprentissage alors qu'il ne faisais que leur mettre des bâtons dans les roues.
Cette affaire aurait pu été classée sans suite, mais la division qui avait rédigé ces rapports était connue pour ne pas être des plus sérieuses.
Dans le doute, quelqu'un se devais de convoquer le déserteur et de discuter avec lui pour prendre une décision adéquate.

C'est alors que je me suis mise à la tâche avec ardeur.
J'ai alors rédigé une lettre de convocation pour le déserteur pour lui donner rendez-vous à l'Académie. C'était le moyen le plus simple pour moi de recevoir quelqu'un. J'aurais put recevoir dans la demeure royale, mais cela aurait été trop compliqué à mettre en place, et Père étant très occupé, je n'avais pas envie de réaliser cette mission près de lui, compte tenu des circonstances.

Le jour de la rencontre approcha.
Je ne savais pas vraiment à quelle heure allais arriver le déserteur, alors je me pressa pour arriver en avance afin de m'assurer de ne pas faire preuve d'un manque de ponctualité.
Élégamment vêtue d'une robe noire sobre, je me suis alors dirigée vers l'Amphithéâtre. Heureusement pour moi, celui-ci était vide, et j'étais arrivée à l'heure.
Dans l'attente, je décidait alors de monter sur scène pour observer la pièce depuis un meilleur angle. Il m'arrivais souvent de me perdre moi et mon esprit dans l'immensité de grandes pièces, et ce, même dans la demeure royale. La liberté de mouvement, le fait de voler, et les grands espaces m'ont toujours fait rêver.

Après un instant, je me suis alors retournée dos au public. Ma stature était droite, comme à mon habitude, et le déserteur pouvait arriver à tout instant : Je me devais d'être prête.
Mais de l'autre côté, j'observais néanmoins la qualité des décors entreposés ici et là au fond de la scène. Participer à une pièce de théâtre m'irait probablement bien.

Soudain, la porte s'ouvrit.
Je demeure alors figée, jusqu'à ce qu'une voix se fit entendre.

   
 
▬  « Roy Wildbane vient d'arriver. »


Lança l'étrange personne.

Je pouvais deviner de par la voix que le déserteur n'était autre qu'un jeune homme. Il semblais gêné de sa présence, mal à l'aise.

   
 
▬  « Euh, savez-vous où se trouve Madame Blund, Chrysmel Blund ? »


Demanda-t-il.

De ma majestueuse, je demeurais droite et figée au centre de la scène, toujours de dos à mon interlocuteur.
D'une voix calme, sereine, mais néanmoins un peu froide, je répond alors :

   
 
▬  « C'est moi même. Je suppose que vous êtes Roy Wildbane, la personne que j'ai convoquée ? »


D'un pas gracieux, je me retournais alors vers le jeune homme afin de l'examiner un instant.
D'apparence plutôt grande, en tout cas plus grand que moi, le jeune homme arborais de courts cheveux Noir de Jais, ainsi que des yeux d'une même teinte. Pour dire vrai, l'intégralité de sa personne semblais être entourée de cet halo noir et sombre, de part la couleur de ses vêtements en total accord avec la couleur de ses yeux et de sa chevelure.
Un jeune homme en soit mystérieux.

Je descendit alors les marches en prenant soin d'utiliser la démarche que l'on m'as apprise. Telle une princesse, j'arrivais ainsi au même niveau que le jeune homme.
Je lui fit signe de s'installer tandis que je pris moi même un siège sur la première rangée, aux premières loges de la scène. Je croisais alors les jambes, puis je m'adressais alors au jeune homme.

   
 
▬  « Vous savez pourquoi nous sommes ici, n'est-ce pas ? Votre désertion. »






© By Halloween sur Never-Utopia



Dernière édition par Chrysmel Blund le Sam 30 Juil - 19:53, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une Visite de Courtoisie [PV Chrysmel]   Ven 29 Juil - 3:18



Une Visite de Courtoisie
Feat Chrysmel Blund
Le temps avait l'air de s'éterniser, depuis le moment où il a posé sa question, et le moment où il attendait sa réponse. Son esprit était en pleine concentration sur ce qu'il se passer et surtout sur la personne qui était juste devant lui. Car, si jamais sa question l'avait perturbé et que c'était en effet celle qui l'avait convoqué. Il ne sait pas comment il va finir, mais de l'autre côté. Que ce qu'il avait à perdre au final ? Car si jamais il finissait exécuter, il allait pouvoir rejoindre les autres, en haut. Eux, qui sont partis à cause d'une attaque.. Juste le fait d'y penser lui donne des frissons et une envie de vomir, mais ce n'était pas le moment. La voix de la personne força Roy à reprendre ses esprits.

« C'est moi même. Je suppose que vous êtes Roy Wildbane, la personne que j'ai convoquée ? »

Il leva la tête d'un coup, regardant vers le dos de la personne en acquiesçant par réflexe d'un coup. C'était dans un sens son entraînement militaire et la discipline qu'il a dû apprendre à passé, qui le fit agir ainsi. Car malgré tout, ce n'était pas un mauvais soldat, et c'est grâce à toute cette expérience qu'il est capable de faire tout ce qu'il sait faire dans l'état actuel des choses. Lentement et gracieusement, la jeune femme se retourna pour lui faire face, les yeux violet et noir se rencontrant. Pendant un moment, son souffle se coupa. Elle était vraiment belle vue de face maintenant, si sa prestance lui avait fait de l'effet. Son visage n'était pas sans réaction. C'était en soit, la première personne Albinos qu'il rencontrait, et franchement. C'était juste magnifique.

Kuh, il secoue sa tête avant de bouger sa main pour frotter l'arrière de sa tête, de manière relativement gênée. C'était sa manière à lui de détendre l'atmosphère, qui pour lui était assez suffoquant. Mais c'est plus dans la tête que sur le fait, car l’amphithéâtre avait largement d'air que nécessaire. Du coup, il donnait l'image d'un homme mal à l'aise, mais relativement sérieux d'apparence. Même si le mal était plus présent qu'autre chose.

Des que la jeune femme fit signe à Roy de s'installer sur un des sièges, il acquiesça avant de s’asseoir, avant de mettre son coude contre son genou et de reposer sa tête contre la paume de sa main qui était pointé vers le ciel. Là, le jeune homme changea totalement d’apparence, passant d'un homme mal à l'aise a un homme ennuyé. Ses yeux étaient toujours fixés vers la prestance de la jeune femme, avant de l’écouter parler.

« Vous savez pourquoi nous sommes ici, n'est-ce pas ? Votre désertion. »

Un soupir échappa les lèvres du jeune homme alors qu'il s'appuya contre son siège avant de hausser les épaules tout en levant ses mains, paumes vers le plafond de l’amphithéâtre. Une fois son gestes fait, il pris la parole, d'un ton calme.

«Évidemment... Sinon je ne serais pas là. En soit, si j'avais était un bon soldat, je n'aurais même pas eu à vous rencontrer, manque de bol eh...?  ? »

Il glousse à voix basse avant de lever la tête pour regarder le plafond, quittant de regard la jeune femme.

« En effet, j'ai déserté mon unité. Je n'ai pas pu trouver mon compte, et la tristesse que j'ai accumulée à l'accumulation des missions que j'ai effectué ma poussée à changer d'horizon. Je ne pouvais plus supporter de voir mes camarades mourir comme des moins-que-rien et être oublié, car c'était tout simplement des bas de -gammes- pardon l'expression. Du coup, voilà. Mais j'assume totalement, je savais ce qu'il allait arriver si je prenais une telle décision. Mais malgré tout, je l'ai fait. »

Il secoua la tête avant de regarder de nouveau la jeune femme, son visage s'était détendu et un sourire était visible sur son visage. Il ferma les yeux avant de parler de nouveau.

« Mais j'imagine que vous n'êtes pas là pour écouter mes histoires, mais plutôt pour me dire ma sanction, n'est-ce pas. Sergent. »

Il ouvrit les yeux, lentement avant de remettre son coude contre son genou, reposant sa tête contre la paume de sa main encore, son visage redevant l'ennuie totale. Enfin, plus vide qu'ennuie. Mais malgré tout, il avait un sourire au visage.

« Quoiqu'il en soit, je respecte votre décision. Je n'aurais pas de rancœur mis à vis de votre choix. »

Il acquiesce avant de se taire pour de bon. Il avait jugé qu'il avait assez parlé et que maintenant. Il fallait laisser place au verdict finale. De son point de vue.


Code by Joy


Dernière édition par Roy Wildbane le Sam 30 Juil - 4:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Chrysmel Blund

avatar

Messages : 17

MessageSujet: Re: Une Visite de Courtoisie [PV Chrysmel]   Ven 29 Juil - 4:16



Une Visite de Courtoisie


Comme je le pensais.
Le jeune homme était bel et bien gêné, ses gestes me permirent de confirmer mon impression.
Je ne savais pas vraiment pour quelle raison il était autant perturbé. Probablement dû au fait qu'il n'était qu'un simple soldat et que j'étais donc hiérarchiquement son supérieur ?
Ce fut d'ailleurs très difficile pour moi en premier lieu de prendre assez de sérieux pour endosser ma position.
Le jeune homme devait avoir approximativement le même âge que moi, et en plus de ça, il était plus grand que moi. Le ridicule ne tue pas, comme on dit, mais je pense que si je n'avais pas autant d'antécédents de classe sociale, je n'aurais jamais pu autrement trouver le courage de parler à cet homme tel son supérieur.

Mais allons bon, je me devais de rester fière et noble.
Le jeune homme s'installa à son tour sur un siège non loin de moi, et changea alors soudainement d'apparence, pour se détendre d'avantages et prendre ses aises sur le siège.
Cette scène m'interpella. Non loin de moi l'idée de paraître pédante, la vie de Princesse n'est pas vraiment facile tout les jours, et parfois, j'aimerais pouvoir sortir de mon statut pour n'être qu'une simple fille comme une autre, mais ma fierté, hélas, me l'empêche.
Je ne pouvais donc détourner de mon regard du jeune homme, un regard presque envieux, tandis que je demeurais droite, mon dos commençant légèrement à me faire souffrir.

Le jeune Roy fit un étrange geste, avant de me répondre :

   
 
▬  « Évidemment... Sinon je ne serais pas là. En soit, si j'avais été un bon soldat, je n'aurais même pas eu à vous rencontrer, manque de bol eh ... ?
En effet, j'ai déserté mon unité. Je n'ai pas pu trouver mon compte, et la tristesse que j'ai accumulée à l'accumulation des missions que j'ai effectué ma poussé à changer d'horizon.
Je ne pouvais plus supporter de voir mes camarades mourir comme des moins-que-rien et être oubliés, car c'était tout simplement des "bas de gammes", pardon l'expression.
Du coup, voilà. Mais j'assume totalement, je savais ce qu'il allait arriver si je prenais une telle décision. Mais malgré tout, je l'ai fait.
Mais j'imagine que vous n'êtes pas là pour écouter mes histoires, mais plutôt pour me dire ma sanction. N'est-ce pas, Sergent ?
Quoiqu'il en soit, je respecte votre décision. Je n'aurais pas de rancœur vis à vis de votre choix. »



Ce fut beaucoup d'informations en peu de temps. Ou du moins, beaucoup d'informations un peu trop vagues, qu'il me fut impossible de comprendre parfaitement compte tenu de mon ignorance face à la situation.
Mais quelque chose me dérangeais dans son comportement. Contrairement aux quelques minutes précédentes, où le jeune homme était gêné et perturbé, il s'est vu soudainement épris d'une certaine confiance.
Ce n'est certes pas pour me déplaire. Mais il me manquais clairement des informations, et il semblerait que le jeune Roy avait déjà quelques appréhensions quant à sa venue. Il en incombait ainsi de ma responsabilité de régler ce petit malentendu, non sans une certaine malignité.

   
 
▬  « Eh bien, eh bien. Vous montez un petit peu vite sur vos grands chevaux, très cher. Mais j'admet que l'idée de pouvoir faire de vous mon servant personnel est une alternative très alléchante. »


Dis-je d'un ton sournois, avant de passer ma main dans ma chevelure.

   
 
▬  « Hélas, on m'a confié une tâche bien précise. »



Je me relève alors avec délicatesse de mon siège, avant de monter avec grâce sur la scène et de commencer à narrer, non sans une certaine poésie dans ma voix :


   
 
▬  « Il y a certaines choses que vous ne semblez pas comprendre aisément. Et il en incombe de ma responsabilité de vous éclairer d'avantages.
Regardez moi, debout sur ma scène, tandis que vous n'êtes qu'un vulgaire déserteur dans les gradins, à observer le succès d'autrui. Regardez vous, vulgaire fourmi, à observer d'en bas ce que vous ne pouvez atteindre.
Mais rejoignez moi donc sur scène. »






© By Halloween sur Never-Utopia



Dernière édition par Chrysmel Blund le Sam 30 Juil - 19:54, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une Visite de Courtoisie [PV Chrysmel]   Ven 29 Juil - 5:22



Une Visite de Courtoisie
Feat Chrysmel Blund
Malgré tout ce qu'il avait dit précédemment, Roy avait un sentiment de détente et de libération. Pourquoi ? Lui même ne le savait pas. Peut-être que juste en parler, l'avait aider à oublier certaine chose ? Non, pas oublier, mais soulager de la douleur en elle même. Son corps était rentrer dans un état de détente, alors qu'il relâcha ses bras. Ses yeux étaient fixé vers elle, regardant le moindre movement de sa part, le moindre geste, expression du visage, et pour l'instant. Ca avait l'air d'aller, de son point de vue cela dit. Mais il ne pu s'empêcher de cligner les yeux quand elle détourna son visage du sien. Il pencha la tête sur le côté tout en restant silencieux, curieux de savoir que-ce qui à causer de changement de vue d'un coup. Avait-il une sale tête ? Peut-être. Il haussa les épaules, mais la parole de la jeune femme le forcis à ce re-concentrer.

« Eh bien, eh bien. Vous montez un petit peu vite sur vos grands chevaux, très cher. Mais j'admet que l'idée de pouvoir faire de vous mon servant personnel est une alternative très alléchante. »

Roy ne pu s'empêcher de tirer une tête assez confus, tout en l'a regardant. Il n'avais pas eu l'impression d'être monter sur ses grands chevaux, au contraire. Il s'étais plutôt libérer de toute la tension qu'il avait en lui, et avait parler comme une homme qui disais sa dernière volonté. Mais on dirait que cela ai donner une toute autre image de lui. Mais, un pot en particulier attira son attention. "Servant personnel." Son cerveau avait du mal à comprendre le sens derriere ses mots. Elle avait un intérêt en lui ? Ou bien compter t-elle le recruter ? Impossible. De son point de vue, cela ne pouvait pas être vrai. Avec un visage remplis de confusion, il écouta la jeune femme parler de nouveau, avec un ton différence cette fois-ci.

« Hélas, on m'a confié une tâche bien précise. »

Une tâche bien different? Ah oui, en effet. Cette tache . Ca ne pouvait pas être autre chose que la terrible chose qui allait l’emmener au bout du tunnel. Il s'y voyais déjà, là bas. Pendant qu'il pensa à sa mort. Il ne remarqua pas la jeune femme se lever de son siège, avant de commencer à parler de manière poétique. Ce qui attira, encore une fois son attention et le sortis de sa pensé fataliste.

« Il y a certaines choses que vous ne semblez pas comprendre aisément. Et il en incombe de ma responsabilité de vous éclairer d'avantages.
Regardez moi, debout sur ma scène, tandis que vous n'êtes qu'un vulgaire déserteur dans les gradins, à observer le succès d'autrui. Regardez vous, vulgaire fourmi, à observer d'en bas ce que vous ne pouvez atteindre.
Mais rejoignez moi donc sur scène. »

Pendant un moment, il resta silencieux, réfléchissant à sa prochaine action. S'était bel et bien une invitation à monter sur scene ? Car en effet, il était bien un fourmi, assis la ou il est. En bas de la chaîne, mais pourquoi alors une fourmi aurait le droit de monter de niveau ? Ils sont fait pour être écraser. Il respira un bon coup avant de se lever doucement de son siège, pour monter sur la scène. Il regarda autours, avant de chercher un petit escalier, empruntant les marches avant de finir sur scène. Et la, il remarqua une chose. Elle était plus petite que lui, c'était en soit un détail qu'il ne pouvait pas remarquer car il était en bas. Logique en soit. Il approcha un peu de la jeune femme, mais garda ses distances, avant de prendre la parole.

« ..Pourquoi suis-je autorisé à monter ici ? Je ne comprends pas trop. Vous citez que je suis une fourmi, mais alors. Pourquoi vous ne m’écraser pas au mieux de me laisser une autre chance ?  Je ne suis qu'un vulgaire déserteur. »

Il frotta l'arrière de sa tête tout en l'a regardant. Son visage était neutre, mais confus en même temps. C'était difficile pour lui de garder un visage neutre sachant le nombre de question qui remplis son esprit. Il enchaîna.

« Je vais peut-être être lourd, mais. Que savez vous de moi ? Qu'elle est votre decision face à ce que vous savez ?»

Après sa parole, il ne peux s'empêcher de prendre un autre pas en avant, écarta les bras, montrant signe d'aucune hostilité, au cas ou. On sait jamais, il avait une réputation de déserteur, donc peut-être pensera t'elle qu'il pouvait être dangereux. Mais dans tout les cas, il n'était pas armé du tout. Ayant du laisser ses armes à l'entrer de l'académie.
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Chrysmel Blund

avatar

Messages : 17

MessageSujet: Re: Une Visite de Courtoisie [PV Chrysmel]   Ven 29 Juil - 22:14



Une Visite de Courtoisie


Ma prise de décision fut mouche.
Tantôt confiant et sûr de lui, le jeune Roy Wildbane semblait être de nouveau perturbé par mes mots.
Je ne put m'empêcher de me poser des questions sur sa personnalité. Son étonnante prise de confiance était elle manigancée pour me perturber également, jouant à un malin jeu avec moi ? Ou n'étais-ce qu'alors des craintes et des blessures camouflées ?
Je ne pouvais pas encore répondre à mes premiers questionnements, et ceux-ci m'auraient beaucoup aidé à cerner mon interlocuteur.

Mais malgré tout, j'avais l'intime conviction que réfléchir sur la personnalité de ce jeune homme n'allais pas m'être nécessaire pour régler ce malentendu. Après tout, ce n'était qu'un soldat, un déserteur de plus, alors je n'avais pas vraiment à m'inquiéter des conséquences que mes mots allaient apporter, tant que ma mission est accomplie.

Timidement, il me rejoins sur scène. Je pouvais lire sur son visage et à travers sa démarche qu'il était confus, perturbé.
Je ne comprenais pas vraiment pourquoi autant de gêne, alors que je ne lui avait seulement proposé de me rejoindre sur la scène de l'amphithéâtre.
Il s'approcha également de moi, mais retint une certaine marge de sécurité.
Étais-je si effrayante ?
Il pris alors la parole.

   
 
▬  « Pourquoi suis-je autorisé à monter ici ? Je ne comprends pas trop. Vous citez que je suis une fourmi, mais alors. Pourquoi vous ne m’écrasez pas au lieux de me laisser une autre chance ?  Je ne suis qu'un vulgaire déserteur.
Je vais peut-être être lourd, mais. Que savez vous de moi ? Qu'elle est votre décision face à ce que vous savez ?»


Suite à ces mots, il s'approcha un peu plus de moi, tout en écartant les bras, comme s'il se livrais totalement à mon jugement. Je pouvais sentir son regard peser sur mes épaules.
Je pouvais lire à travers ses mots la peur qu'il avait d'être jugé. Mais, à quoi s'attendait-il pour exprimer autant d'effroi face à ma décision ?
Il voulait être jugé rapidement, la crainte pouvait s'entendre dans sa voix, et il était prêt à y faire face au plus vite possible. Après tout, qui n'a jamais voulu se dépêcher d'affronter les épreuves qui nous font tant peur ?
Je commençais à comprendre. C'était pour cette raison là qu'il fut tantôt si confiant.
Au risque de me tromper, je pris la décision de jouer une carte bien précise.

Je m'approche alors de lui, pénétrant son espace vital, mon visage proche du sien. Je plante alors mon regard dans le sien et l'observe un instant, immobile.
Une fois les quelques secondes de malaise passées, je lui répondit :

   
 
▬  « Vous avez peur, n'est-ce pas ? Peur du jugement que vous devrez subir, peur d'y faire face. Vous aviez peur en pénétrant dans cette pièce, peur de faire face à votre destin.
Mais vous avez tellement peur, que pour vous, il n'y a qu'une seule solution possible. Assumer vos choix, et vous faire punir aussitôt. »


Après un court instant, je me détachais alors du jeune homme, pour me diriger vers le bord de la scène, face à l'immensité de la pièce.

   
 
▬  « C'est pour cette raison là que vous vous méprenez, que vous ne comprenez pas. Il vous aurait suffit de prendre plus de temps pour étudier ma convocation pour que votre discours soit complètement différent. »


Je m'approchais alors dangereusement du bord de la scène, avant d'écarter les bras, tandis que l'un de mes pieds flottait dans le vide.

   
 
▬  « Vous ne comprenez pas pourquoi je vous ait fait venir ici, pourquoi je vous ait proposé de monter sur cette scène à mes côtés. Pourtant, vous avez quitté votre régiment pour une raison bien précise, la mort de vos compagnons oubliés au combat. Mais observez moi attentivement. »


Je bondis alors de la scène pour atterrir plus bas avec une certaine élégance et agilité. Je m'éloignais alors légèrement de la scène pour m'engouffrer entre les rangées de sièges.
D'une voix assez forte pour être audible à une telle distance, je poursuivis :

   
 
▬  « D'aussi loin, serez vous capable de me comprendre, de m'observer, et d'assimiler chaque détails de ma personne ? »


Je m'asseyais alors sur l'un des sièges, pour retirer mes souliers d'un geste discret, caché derrière les autres sièges pour ne pas être vue. Une fois ceci fait, je me dirigea alors vers le centre de la pièce, l'allée vers la scène s'offrant à moi.
Doucement, je commença alors à augmenter ma vitesse de marche, pour finalement courir, pieds nus, jusqu'à la scène, avant de prendre mon élan et de bondir pour atteindre de mes mains le rebord de la scène. Alors au même niveau du jeune homme, je maintins mon équilibre à la seule force de mes bras, tandis que mes jambes se portaient en hauteur, ma robe enroulée à mon pied pour éviter toute indécence.
Après un court instant à laisser mon second pied dénudé visible, je fit balancer mes jambes vers le jeune homme, courbant mon dos afin de pouvoir toucher le sol de mes pieds, et de me redresser en roue avant avec une certaine maîtrise, et de récupérer une position plus commune d'un geste fluide.
Je m'approche alors de nouveau vers le jeune homme, plantant de nouveau mon regard dans le sien, avant de lui dire :

   
 
▬  « Avez vous remarqué, de votre hauteur, le retrait de mes souliers ? Avez vous remarqué, de votre position, mon agilité et mes facultés physiques ? Regardez moi de plus près, auriez vous remarqué de votre hauteur le doux collier que je porte à mon cou ? »


Je redressa légèrement la tête pour permettre au jeune homme de voir mon collier plus facilement, tandis que je tentais doucement de contrôler mon souffle un peu saccadé suite à cet effort physique inattendu, ma poitrine se gonflant et se vidant au rythme de ma respiration.





© By Halloween sur Never-Utopia



Dernière édition par Chrysmel Blund le Sam 30 Juil - 19:58, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une Visite de Courtoisie [PV Chrysmel]   Sam 30 Juil - 2:19



Une Visite de Courtoisie
Feat Chrysmel Blund
Tout en gardant les bras écartes. Le jeune homme fut assez surpris de voir la jeune femme s'approcher de lui, avant de coller son visage relativement près du sien. Il cligna des yeux tout en regardant à l'intérieur des siens. Curieusement il pencha la tête sur le côté tout en l'a regardant avant de l'entendre parler :

« Vous avez peur, n'est-ce pas ? Peur du jugement que vous devrez subir, peur d'y faire face. Vous aviez peur en pénétrant dans cette pièce, peur de faire face à votre destin.
Mais vous avez tellement peur, que pour vous, il n'y a qu'une seule solution possible. Assumer vos choix, et vous faire punir aussitôt. »

En effet, le jeune homme avait peur, une peur totalement visible et légitime en soit, mais ce n'étais pas une peur par rapport au responsabilité ou au décision qu'i allait prendre, mais plutôt une peur de la mort. C'est une peur que tout le monde a au fond de lui, car en effet, savoir que un jour quoique l'on fasse, on va basculer vers l'au delà est un sentiment des plus horribles. Donc en effet, il donnait une image de peur, face à ce qu'il allait arriver, alors que de l'autre côté. Au fond de lui, c'était la mort qui l'effrayais, et surtout la manière donc il allait mourir. Du coup, il ne peux qu'acquiescer silencieusement tout en l'a regardant. La jeune femme après un instant d'observation se détacha du jeune homme avant de s'approcher près du rebord de la scène, prenant encore une fois la parole.

« C'est pour cette raison là que vous vous méprenez, que vous ne comprenez pas. Il vous aurait suffit de prendre plus de temps pour étudier ma convocation pour que votre discours soit complètement différent. »

Il vous aurait suffit de prendre plus de temps pour étudier ma convocation pour que votre discours soit complètement différent. Cette phrase fessait tilte dans sa tête, car sur le coup. Il ne comprenais pas du tout le sens de ses propos. Avait-il mal compris le sens de la lettre ? pour lui non. Il avait compris qu'il était convoquer pour sa desertion. Pour son crime en soit, qui. Il faut le dire, est un crime. Du coup le jeune homme était venu avec pleins de préjugé sur son devenir. Du coup, la phrase de la jeune femme le poussa à se remettre en question. Comment est-ce qu'il aurait pu avoir un discours different dans une tel situation.

Pleins de question en tête. Le mercenaire continua de regarder en direction de la jeune femme, qui arriva finalement au bord. Agissant de manière relativement dangereux il ne peux s'empêcher de faire un pas vers l'avant, au cas ou. Ses bras écarté, elle prit encore une fois la parole :

« Vous ne comprenez pas pourquoi je vous ait fait venir ici, pourquoi je vous ait proposé de monter sur cette scène à mes côtés. Pourtant, vous avez quitté votre régiment pour une raison bien précise, la mort de vos compagnons oubliés au combat. Mais observez moi attentivement. »

Comprendre pourquoi ? En effet, dans sa tête, la comprehension d'un tel acte était encore inconnu pour lui car il se voyais dans une hiérarchie totalement different. Ceux qui sont au dessous, et ceux qui sont au dessus. Et généralement ses deux mondes ne se rencontrent jamais et pourtant la. Il est en soit au même niveau que son supérieur, chose qui était assez perturbant pour lui. C'était en pleine pensé que la jeune femme bondit de la scene pour atterrir en bas, le laissant seul dans la supériorité. Il ne peux s'empêcher d'approcher du rebord pour regarder la jeune femme. Confus, ses yeux la suivit du regards. Il la vit s'asseoir un peu plus loin avant d'effectuer une action qu'il n'arrivais pas à décrire sur le moment, à cause de la distance donc il se trouvait, et que surtout, l’œil Carkha à une limite en soit. Après son action fini, la jeune femme commença à marcher vers le centre de l’amphithéâtre, laissant place à sa grande splendeur. Elle se tournis vers la scene avant de commencer à marcher, de manière progressif. Lent, et ensuite plus rapide avant d'entrer dans une vitesse de course. Car en effet, la Carkha commençait à courir en direction de la scene avant de bondir d'un coup, atterrissant sur la scene. C'était incroyable et stupéfiant, car malgré son apparence. Elle était capable de faire de tel chose. Jamais il aurait cru que quelqu'un avec une apparence, fébrile pouvait faire de tel chose. En équilibre sur ses mains, elle avait la tête en bas, et les pieds en l'air. Ses pieds nue, totalement libre de vue, et qui eux aussi était d'une délicatesse. Le temps passa, alors qu'elle décida de se balancer vers la direction du jeune homme, courbant son dos pendant son acte. Ce movement de gymnastique finisse en roue, avant qu'elle repris sa posture. Tout s'est passé rapidement pour donner à la fin un spectacle des plus incroyable.

L'homme était sans voix alors qu'elle s'approcha de nouveau vers lui, collant son regard vers le sien. Il ne pu s'empêcher d'être absorber par ses beaux yeux violet. Ses oreilles étaient concentré à écouter ce qu'elle avait à dire de nouveau :

« Avez vous remarqué, de votre hauteur, le retrait de mes souliers ? Avez vous remarqué, de votre position, mon agilité et mes facultés physiques ? Regardez moi de plus près, auriez vous remarqué de votre hauteur le doux collier que je porte à mon cou ? »

Ah. Quelque chose venait de se débloquer dans sa tête, dans son esprit. Enfin dans son cerveau. En effet, le résultat finale c'est qu'il vis la jeune femme dans ses souliers qu'elle portais précédemment, et que la maintenant, elle était dénude, des pieds. De sa position, il ne pu voir qu'elle avait enlever ses souliers, à cause de la distance qui était un gros facteur. Du coup, il ne vis que la finalité.

Comme son apparence, il n'aurait imaginer qu'elle était capable de faire de tel chose. Une tel agilité, souplesse, force. Mais grace à sa demonstration, il vu qu'il s'était totalement trompé. Pareil pour le collier, qui n'avais pas du tout remarquer au premier abord, sauf au moment ou elle a décidé de le mentionné. Enfaîte, toutes les choses qu'il sait maintenant, est grace à une explication. Que cela soit visuel ou avec de la parole. Il eu les idées éclaircis.

Oui, cela reviens à son cas. Dans la finalité, on voit une personne qui à deserter son unité, et à fini traité comme une personne mauvaise. Alors, que si jamais.. Oui. Bordel. C'est sur cette réalisation que l'homme ne pu s'empêcher de rigoler un petit peu. C'était un rire de soulagement et de comprehension envers sa propre stupidité. Il était tellement préoccupé par son jugement qu'à la fin il oublia qu'il y avait des personnes qui ne juge par forcement au premier abord, contrairement à ses confreres Carhka de sa division.

Il se calma après un moment avant de reprendre son souffle et de finalement prendre la parole, d'un ton calme et reposer :

« Vous avez raison.. Vous avez totalement raison sur toute la ligne. C'est vrai que jamais, je n'ai rien remarqué. Et je n'aurais jamais rien remarqué à partir de ma position. Car en soit, c'est vrai.. Ma vue est facteur de la ou je me trouve actuellement. Donc, je ne peux que vous dire merci, de m'avoir laissez voir, ces choses que je n'avais pas vu au premier abord, et.. m'excuser d'avoir était aussi fataliste sur le coup, alors que vous n'attendiez juste que, de voir aussi à ma manière. Enfin, c'est ce que j'ai compris au travers de mes actions. »

Finalement, après sa parole. Le jeune homme ne pu s'empêcher de sourire. C'était un sourire sincère, mais globalement aussi de soulagement, il faut le précisé. Il était content, de tomber sur une personne avec de la comprehension. Après, cela est peut-être abusé de sa part, mais c'était comme ça qui percevait la chose. Il décide de prendre la parole encore une fois :

« Alors.. Laissez moi rattraper le temps perdu, pour me racheter. En effet, j'ai déserté ma division. Mais pas parce-que je voulais être vu comme un traite, ou que j'avais une mauvaise foi ou autre. Mais car, je n'en pouvait plus de voir les personnes avec qui je m'attache, avec qui je tisse des liens, disparaître en un moins que rien. Comme-ci son existence n'avait jamais eu d'impact pour personne.  A chaque fois que quelqu'un passer de l'autre côté, il était oublié le lendemain. Certes, il y avait une fleur. Mais c'est tout. Car, pourquoi commémoré la vie d'un soldat de basse zone. Cela serait une perte de temps, et globalement c'est comme ça. Et c'est à cause de ça, que je suis partis. Je ne voulais plus m'attacher sous peine de souffrir de nouveau, surtout que j'ai déjà vécu ce genre de chose dans ma jeunesse, un passage dur, douloureux et marquant. Du coup, je voulais passé à autre chose, et la solitude était la seul voie que je pouvais choisir pour en plus avoir à finir dans ce genre de situation. Je sais, c'est lâche, je fuis beaucoup de chose. Mais, c'est une chose donc j'assume. J'assume totalement d'être vue comme une personne lâche, égoïste, méchante. Car je suis obligé de donner une image de méchant pour ne pas avoir de gens qui ont de la compatis pour moi. Je veux juste.. être seul et mourir dans mon coin. Ceci est le fond de ma pensé. Mais bon. Je radote, je radote. Vous avez maintenant la vrai chose. Enfin, ma vision de la chose. »

Un soupire échappa ses lèvres une fois sa parole fini. Sur le coup, il se sent assez mal, que cela soit niveau souvenir, ou bien dans le physique. Car une douleur au cœur arriva. La perte de ses parents, des gens avec qui il a grandit, était une douleur inimaginable pour quelqu'un d'autre que lui. Mais malgré tout, il garda le sourire au visage, tout en arborant un visage d'un homme blessé par la guerre.
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Chrysmel Blund

avatar

Messages : 17

MessageSujet: Re: Une Visite de Courtoisie [PV Chrysmel]   Sam 30 Juil - 6:09



Une Visite de Courtoisie


Le jeune Roy se mit à rire légèrement.
Je pouvais voir dans son attitude qu'il était devenue désormais beaucoup plus détendu qu'auparavant.
Bien que je n'oserais jamais le lui avouer, le savoir un peu plus serein me fit énormément plaisir.
C'est alors qu'il me répondit, beaucoup plus calmement :

   
 
▬  « Vous avez raison.. Vous avez totalement raison sur toute la ligne. C'est vrai que jamais, je n'ai rien remarqué. Et je n'aurais jamais rien remarqué à partir de ma position.
Car en soit, c'est vrai ... Ma vue est facteur de la où je me trouve actuellement. Donc, je ne peux que vous dire merci, de m'avoir laissé voir ces choses que je n'avais pas vu aux premiers abords, et ... m'excuser d'avoir été aussi fataliste sur le coup, alors que vous n'attendiez juste que de voir aussi à ma manière. Enfin, c'est ce que j'ai compris au travers de mes actions. »


Que de compliments pour ma personne, gonflant mon ego.
Sur ces mots, le jeune homme se mit à me sourire sincèrement. Il faut l'admettre, ce cher Roy est beaucoup plus séduisant lorsqu'il souris. Je n'avais pas vraiment pu voir le jeune homme détendu et enjoué, n'ayant fait face qu'à un déserteur qui semblais se reprocher des choses, arborant un visage froid et inquiet.
D'une certaine façon, il me rappelais mon frère, qui tout comme lui, ne souris pas souvent et semble toujours être en train de manigancer un plan d'une complexité époustouflante, comme à son habitude.
Il est rare que je puisse voir mon propre frère sourire, et il est tellement plus beau lorsque cela arrive que je ne peut m'empêcher de rougir et de sourire à mon tour.
En y repensant, je me rend compte alors que moi même je ne souris pas beaucoup, toujours avec mon allure et mon attitude froide et inatteignable ...

Mais je redescendit rapidement sur terre, et me dirige alors vers le bord de la scène pour m'y asseoir calmement, tout en écoutant la suite du discours du jeune homme :

   
 
▬  « Alors.. Laissez moi rattraper le temps perdu, pour me racheter.
En effet, j'ai déserté ma division. Mais pas parce que je voulais être vu comme un traitre, ou que j'avais une mauvaise foi ou autre. Mais car je n'en pouvait plus de voir les personnes avec qui je m'attache, avec qui je tisse des liens, disparaître en un moins que rien.
Comme-ci son existence n'avait jamais eu d'impact pour personne.  
A chaque fois que quelqu'un passais de l'autre côté, il était oublié le lendemain. Certes, il y avait une fleur. Mais c'est tout. Car, pourquoi commémorer la vie d'un soldat de basse zone. Cela serait une perte de temps, et globalement c'est comme ça. Et c'est à cause de ça, que je suis partis.
Je ne voulais plus m'attacher sous peine de souffrir de nouveau, surtout que j'ai déjà vécu ce genre de chose dans ma jeunesse, un passage dur, douloureux et marquant. Du coup, je voulais passer à autre chose, et la solitude était la seule voie que je pouvais choisir pour ne plus avoir à finir dans ce genre de situation. Je sais, c'est lâche, je fuis beaucoup de choses. Mais, c'est une chose donc j'assume. J'assume totalement d'être vue comme une personne lâche, égoïste, méchante. Car je suis obligé de donner une image de méchant pour ne pas avoir de gens qui ont de la compatis pour moi. Je veux juste.. être seul et mourir dans mon coin. Ceci est le fond de ma pensée. Mais bon. Je radote, je radote. Vous avez maintenant la vraie chose. Enfin, ma vision de la chose. »


Comme je le pensais, la version du jeune homme n'était pas vraiment en accord avec les rapports que j'avais reçu.
La division d'où vient Roy est connue pour être problématique. Il nous est souvent arrivé de faire face à un certain laxisme de leur part, parfois en retard ou complètement absents lors des réunions et des entraînements de l'armée générale. Il arrivais très souvent que les nouveaux furent persécutés, et il m'est arrivé de lire dans certains rapport de ma propre unité ce type de comportement, observés par mes soldats lors des entraînements mélangés.
C'était un véritable problème, mais pour autant, je ne pouvais pas donner entière confiance à ce jeune homme et prendre une décision sur le champ. Il me fallait absolument du temps pour pouvoir agir, pour pouvoir faire remonter les informations et prendre des décisions importantes.
D'un autre côté, je me demandais si Père allait me demander mon opinion quant à cette situation, ou s'il allais décider par lui même ... Cette simple idée me répugnait, mais même si j'avais voulu faire preuve d'excès de zèle et de m'occuper personnellement de ce dossier, je ne pouvais pas prendre une telle décision aussi importante par moi même sans en subir de lourdes conséquentes, et il me fallait alors me résoudre à laisse échapper cette opportunité ...

Secouant la tête pour chasser mes mauvaises idées, je me laisse alors tomber sur le dos en fermant les yeux, et en réfléchissant un instant.
Je répond alors au jeune homme :

   
 
▬  « Pour être tout à fait franche avec vous, il n'y a rien que je puisse faire pour vous aider. En tant qu'ancien soldat de l'armée, vous devez parfaitement connaître les sanctions que vous pouvez encourir lors d'une désertion, si tout du moins vos supérieurs vous l'ont appris de la bonne façon. »


Je me tournais alors pour venir m'allonger sur le ventre, relevant les jambes derrières moi, avant de continuer d'un air agacé :

   
 
▬  « Mais entre nous, la division d'où vous venez ... n'est pas un exemple en termes d'exploits militaires. Je ne serais guère étonnée d'apprendre qu'ils auraient volontairement essayé de vous faire peur en vous faisant penser que leur désobéir pouvait avoir de graves conséquences. On ne meurt pas pour avoir déserté l'armée, mais c'est en revanche possible pour une trahison. Mais il ne faut pas faire d'amalgame. Quitter l'armée est tout à fait possible, mais nécessite certaines conditions administratives, ce qui est complètement différent d'une désertion. Mais je suppose qu'ils ne vous en ont pas parlé, n'est-ce pas ? »


Dis-je toujours autant désespérée.




© By Halloween sur Never-Utopia



Dernière édition par Chrysmel Blund le Sam 30 Juil - 20:00, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une Visite de Courtoisie [PV Chrysmel]   Sam 30 Juil - 13:31



Une Visite de Courtoisie
Feat Chrysmel Blund
Le sourire du jeune homme ne disparu pas du tout, au contraire. Il resta sur le visage de l'homme qui était au pars avant remplis de tristesse et de depression. Ses yeux continuais de regarder la jeune femme alors qu'il fini son discours. Ses yeux l'a suivit se déplacé vers le rebord de la scene avant de s'y s'asseoir. Tout était d'une grace et d'une finesse avec elle. Du déplacement, jusqu'à à une simple action. Enfin, pour certain c'était des détails qui peuvent être qualifier d'inutile, et pourtant pour lui, c'était une découverte, car en soit. Il n'avait jamais eu le temps de voir une personne de classe haute en action, et qui est en même temps son supérieur.

Malgré la grace de la jeune femme, il pu remarquer qu'elle avait l'air assez pensif, plongée dans ses idées. Le temps de réflexion était assez rapide, mais sur le coup. C'est comme-ci cela avait pris plus de cinq minutes. Il l'a vit s'allonger sur la scene avant de lui répondre, les yeux fermer :

« Pour être tout à fait franche avec vous, il n'y a rien que je puisse faire pour vous aider. En tant qu'ancien soldat de l'armée, vous devez parfaitement connaître les sanctions que vous pouvez encourir lors d'une désertion, si tout du moins vos supérieurs vous l'ont appris de la bonne façon. »

Le jeune homme ne pu s'empêcher de haussé les épaules, car sur le fait. Il n'avait pas vraiment placer tout ses espoirs sur les épaules de la jeune femme, car il savait au fond de lui qu'elle n'allait pas vraiment l'aider. Au début, il l'avait vu, et c'est toujours un peu le cas malgré les explications précédent comme une exécutrice. Seule une personne du rang supérieur peut-être serais capable de faire oublie son crime. Cela sonnera peut-être méchant mis à vis de certain, mais Roy est une personne qui place rarement son espoir sur les gens, de peur d'être déçu, c'est pour ça, qu'en soit. Il voit tout le monde comme des gens de passage.

Il acquiesce sur ses paroles. Il connait largement les sanctions qui peuvent être placer sur lui, et en soit, il est totalement prêt à les accepter. C'était la décision qu'il avait pris avant même de pénétrer ces lieux. Serais-ce le remord de la trahison ? Qui sait. Même lui ne le sait pas. Il veux tout simplement agir comme une personne responsable, au peril de sa propre vie.

Sur sa pensé, le jeune homme vis la jeune femme se mettre sur le ventre avant de relever ses délicates jambes dans les airs, prenant la parole de nouveau, mais d'un ton assez agacé :

« Mais entre nous, la division d'où vous venez ... n'est pas un exemple en termes d'exploits militaires. Je ne serais guère étonnée d'apprendre qu'ils auraient volontairement essayé de vous faire peur en vous faisant penser que leur désobéir pouvait avoir de graves conséquences. On ne meurt pas pour avoir déserté l'armée, mais c'est en revanche possible pour une trahison. Mais il ne faut pas faire d'amalgame. Quitter l'armée est tout à fait possible, mais nécessite certaines conditions administratives, ce qui est complètement différent d'une désertion. Mais je suppose qu'ils ne vous en ont pas parlé, n'est-ce pas ? »

Le jeune homme approcha du rebord de la scene avant de s'y asseoir au côté de la jeune femme. Il laissa ses jambes pendre dans le vide qui sépara le sol de la scene, avant de mettre ses deux mains derriere lui, se laissant appuyé contre. Il resta silencieux pendant un moment, réfléchissant au parole part rapport à sa division, car en effet. Il venait d'apprendre une nouvelle qui changea un peu son point de vue, mis à mis de son acte, mais malgré tout. Ce n'étais pas ça qui allait le rassuré. Pas encore. Sans tourner la tête, fixant l'horizon de l'amphithéâtre, il prit la parole d'une manière toujours aussi calme et reposer :

« Je ne vais pas vous mentir que vous m'apprenez de chose nouvelle, mais malgré tout. Mais il ne faut pas blâmé forcement mon unité, ma division. J'ai grandis dans un milieu de force et de honneur. C'était l'honneur ou la mort et rien d'autre. Du coup, quand une tel manière de pensé est apprise, il est rapidement élargis au reste, à l'entourage. Pour l'armée c'est pareil. On ne m'a pas dit, si je déserte, je risque d'être exécuter. C'est moi même qui me suis mis ça dans la tête que à cause de ma désertion, j'allais être exécuter, car. Toute acte de lâcheter mérite d'être punis. Enfin, il faut bien comprendre que cela est ma manière de pensé à cause de mon enfance. Mais pour répondre à la question. Il ne m'ont rien précise à ce sujet, et puis bon. Je pense pas que cela aurait changer quelque chose. Je suis partis, je suis partis. Mais malgré tout, je pense quand même avoir fait preuve de trahison mis à mis de ma patrie pour être partis. Et, cela risque de mettre du temps avant que ce sentiment ce dissipe. Malheureusement. »

Tout en parlant, il tournis la tête pour regarder vers la jeune femme, avant de pencher la tête sur le côté. Etant plus près, il pris quand même un moment pour bien analyser la jeune femme, enfin de ce qu'il pouvait voir. Car en effet, au début, c'était l'impression et surtout les idées qu'il avait qu'il l'ont fait sauté ce genre de détail, mais maintenant vu que les choses sont relativement different. Il se permet de prendre son temps, pour regarder des choses, qui sont peut-être sans intérêt pour certain.

Après son moment d'analyse, il secoua sa tête. Il ne pouvait pas se permettre de se perdre dans ce genre de chose. Même si la jeune femme était magnifique et gracieuse, il ne pouvait pas se mettre en tête de s'attacher ou autre. Car en effet, malgré tout. Le jeune homme tisse des liens assez rapidement, malgré le status de la personne et surtout si la personne fait preuve de compréhension. On peux appeler ça la naïveté. Comme un enfant, faisant confiance à toute personne gentille. Un soupire échappa ses lèvres alors qu'il pris la parole de nouveau :  

« Chacun a eu sa part de responsabilité dans cette histoire qui a fini par mener à ma désertion. Car malgré tout, même si ma division n'étais pas les meilleurs.. Cela restais au fond que des soldats qui suivit la manière donc on leur avait enseigner les choses, tout comme moi. Donc je ne pense pas que l'on peux blâmer ce genre d'action ou de égard. Mais en soit, c'est vrai que cela n'est pas acceptable pour de tel personne d'agir comme ceci.  Donc, malheureusement.. Je ne peux qu'attendre votre verdict finale sur le jugement de mon acte, en espérant qu'avec tout les détails que vous avez que vous serez capable, enfin. J'ai confiance que vous serez faire un rapport, avec une neutralité sur la globalité du sujet. Enfin, je l’espère. »

C'est sur ses dernières parole qui laissa place au silence dans la pièce, avant de fermer ses propres yeux pour laisser place au noir. Après tout ce qui avait été dit. Il était dans un état de réflexion semi intense. Il avait besoin de faire le point, surtout au niveau du mental. Savoir ce qu'il pouvait mettre de côté, même si il y a des choses qui n'allais pas changer. Car au fond de lui, il reste quand même un être fataliste..
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Chrysmel Blund

avatar

Messages : 17

MessageSujet: Re: Une Visite de Courtoisie [PV Chrysmel]   Sam 30 Juil - 20:34



Une Visite de Courtoisie


Une fois mon petit discours terminé, le jeune Roy vint s'installer près de moi, sur le rebord de la scène.
Il se détendit alors, laissant son regard vaguer dans l'immensité de l'amphithéâtre.
Après avoir pris un court instant, visiblement dans le but de réfléchir, il me répondit alors :

   
 
▬  « Je ne vais pas vous mentir que vous m'apprenez de choses nouvelles, mais malgré tout. Mais il ne faut pas blâmer forcement mon unité, ma division. J'ai grandis dans un milieu de force et de honneur. C'était l'honneur ou la mort et rien d'autre. Du coup, quand une telle manière de penser est apprise, il est rapidement élargis au reste, à l'entourage. Pour l'armée c'est pareil. »


Tout en évitant de le déranger et en prenant soin de l'écouter, je roule de nouveau sur moi même pour me repositionner sur le dos, laissant mes bras errer au dessus de ma tête, reposés sur le sol, en prenant une posture bien plus détendue.
Je tourne néanmoins ma tête vers mon interlocuteur, pour être sûre d'entendre et comprendre ses paroles.

   
 
▬  « On ne m'a pas dit, si je déserte, je risque d'être exécuté. C'est moi même qui me suis mis ça dans la tête que à cause de ma désertion, j'allais être exécuté, car. Tout acte de lâcheté mérite d'être punis. Enfin, il faut bien comprendre que cela est ma manière de penser à cause de mon enfance. Mais pour répondre à la question. Il ne m'ont rien précisé à ce sujet, et puis bon. Je pense pas que cela aurait changé quelque chose. Je suis partis, je suis partis. Mais malgré tout, je pense quand même avoir fait preuve de trahison mis à mis de ma patrie pour être partis. Et, cela risque de mettre du temps avant que ce sentiment ce dissipe. Malheureusement. »


Je put alors m'apercevoir que Roy dirigea son regard vers moi.
Je le vit m'observer un long moment, en me scrutant de la tête aux pieds. Ce type de regard m'était assez familier compte tenu de mon statut, mais malgré tout, cela demeurais quelque chose de profondément gênant.
En réponse, je ne put m'empêche de regarder vers le plafond et de frotter ma robe comme pour retirer une quelconque poussière, en tachant néanmoins de demeurer sûre de moi et de camoufler la gêne que je pouvais éprouver.
Mais après un court instant, je le vis alors secouer la tête, comme pour chasser certaines idées, qui piquaient ma curiosité.
Que pouvait-il bien penser en me regardant aussi longuement ?
Mais après une courte pause et un léger soupir, il reprit :

   
 
▬  « Chacun a eu sa part de responsabilité dans cette histoire qui a fini par mener à ma désertion. Car malgré tout, même si ma division n'étais pas les meilleurs.. Cela restais au fond que des soldats qui suivit la manière dont on leur avait enseigné les choses, tout comme moi. Donc je ne pense pas que l'on peux blâmer ce genre d'action ou de égard. Mais en soit, c'est vrai que cela n'est pas acceptable pour de telles personnes d'agir comme ceci.  Donc, malheureusement.. Je ne peux qu'attendre votre verdict final sur le jugement de mon acte, en espérant qu'avec tout les détails que vous avez que vous serez capable, enfin. J'ai confiance que vous serez faire un rapport, avec une neutralité sur la globalité du sujet. Enfin, je l’espère. »


Le jeune homme semblais déterminé, ou devrais-je dire plutôt têtu. Malgré tout, il persistais à vouloir se considérer coupable.
Je ne connaissais pas toutes les raisons d'un tel comportement, mais si une chose était belle et bien sûre, c'est que je n'allais pas vraiment laisser passer un tel affront aux yeux de l'armée.
Après un court instant, je bondis et me redresse avant de m'étirer légèrement.
Une fois mon petit manège terminé, je me tourne alors vers le jeune homme pour lui dire :

   
 
▬  « Ma foi. Je ne pourrais probablement pas connaître votre enfance ni les valeurs que l'ont vous as inculquées. Mais sachez bien que vous n'êtes peut être pas la personne en tort dans cette histoire. Ce qui est sûr, c'est que je pourrais donner mon mot dans le rapport, et vous pouvez en être sûr, mon opinion aura un certain impact. Ceci étant dit ... »





Je bondis alors de la scène pour atterrir plus bas, toujours d'une certaine élégance, avant de m'avancer sur l'allée avec enthousiasme et de me retourner vers Roy pour continuer d'une voix assez forte pour être entendue :

   
 
▬  « J'ai fait mon choix ! Je ne pourrais pas avec de simples mots vous faire revenir sur votre sentiment de culpabilité. Par conséquent, je vous engage, vous, Monsieur Roy Wildbane, dans l'armée de la Garde Royale, sous mon commandement. Je veux vous voir inscrit à l'Académie d'ici demain, et vous suivrez les mêmes entraînements que moi-même. Votre service commence maintenant, et ceci est un ordre, alors au travail !  »


Je me retourne alors dos au jeune homme avant d'entamer ma marche vers la sortie de l'amphithéâtre, avant d'ajouter :

   
 
▬  « Et n'oubliez pas mes souliers, ils sont juste derrière la 6ème rangée de sièges. Je ne peut pas marcher pieds nus dans l'enceinte de l'école ! »


Une fois mes mots prononcés, je continue alors ma marche vers la sortie de l'amphithéâtre, pour finalement attendre le jeune homme juste à l'entrée, patiente, l'attendant pour m'ouvrir la porte telle la princesse que je suis !
S'il ne voulais pas revenir sur son jugement et continuer à penser qu'il était coupable, j'allais alors faire en sorte qu'il puisse se racheter au sein de ma propre division, dans mon unité. Un poste à l'Armée Royale n'est pas aussi facilement offert, après tout.





© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une Visite de Courtoisie [PV Chrysmel]   Dim 31 Juil - 2:13



Une Visite de Courtoisie
Feat Chrysmel Blund
Ses yeux fermer, il ne pu remarquer les movements de la jeune femme, sauf des petits bruits de frottement, causé quand le tissue, touche le sol. Enfin, c'était pas aussi remarquable, mais il pouvait se faire une petite image dans mon mental. Il ne sait plus combien de temps est passé entre le moment ou il est rentré, et le moment actuel, mais en soit, ce n'était pas un moment désagréable. Au contraire, cette -convocation- l'a aider à se libérer un peu plus de son poids qu'il portais pendant plus de plusieurs années. Même si tout n'a pas était dit, c'était largement suffisant pour le rendre un peu plus zen.

Niveau apparence, cela dit, car au fond de lui, des mémoires continua, et continuera de le hanté jusqu'au restant de sa vie. Car oui, parler ne fais pas forcement oublier les choses, au contraire, ça les rends encore plus persistent. Il ne faut jamais oublié son passé, quoiqu'il en soit. Un bâillement échappa les lèvres du jeune mercenaire avant d'ouvrir les yeux pour regarder en direction de la jeune femme qui bondissa d'un coup avant de se redresser avant de se tourner vers le jeune homme pour lui adresser la parole :

« Ma foi. Je ne pourrais probablement pas connaître votre enfance ni les valeurs que l'ont vous as inculquées. Mais sachez bien que vous n'êtes peut être pas la personne en tort dans cette histoire. Ce qui est sûr, c'est que je pourrais donner mon mot dans le rapport, et vous pouvez en être sûr, mon opinion aura un certain impact. Ceci étant dit ... »

Un soulagement se fit entendre de la part du jeune homme. Juste le fait est de savoir que son rapport, allait être un petit peu positive malgré le fait est qu'il était en semi tord dans cette histoire le soulagea pour de bon. Du coup, il ne pu s'empêcher d'acquiescer avant de pencher la tête, curieux de ce que la jeune femme allait ajouter par la suite. Ses yeux étaient fixé vers elle avant de la voir bondir en bas de la scene, elle était vraiment une vrai grenouille on dirait, enfin de son point de vue., marchant dans l'allée de manière victorieuse. Enfin bon, c'était son point de vue de la chose, mais elle s’arrêta pour finalement laissa place à sa parole, relativement fort pour comblé la difference de distance :

« J'ai fait mon choix ! Je ne pourrais pas avec de simples mots vous faire revenir sur votre sentiment de culpabilité. Par conséquent, je vous engage, vous, Monsieur Roy Wildbane, dans l'armée de la Garde Royale, sous mon commandement. Je veux vous voir inscrit à l'Académie d'ici demain, et vous suivrez les mêmes entraînements que moi-même. Votre service commence maintenant, et ceci est un ordre, alors au travail !  »

Pendant un moment, il eu un blanc dans son esprit. Il ne savait pas quoi pensé ou dire sur le coup, car c'était une proposition auquel il ne s'attendais pas du tout, et que au fond de lui, aurait du mal à accepter. Car en effet, déserteur, il était partis justement pour ne pu avoir à voir la souffrance de ses camarades de guerre, et surtout des personnes avec qui il avait tissé des liens. Revenir dans ce milieux signifier, revivre ce genre de chose. Mais malgré tout, avait-il le droit de refuser une tel proposition, surtout que à ses yeux, ce n'est qu'un déserteur. Pendant sa pensé, la jeune femme se tournis pour se rapprocher de la porte de sortie, menant à l’extérieur de l'amphithéâtre, avant de s’arrêter juste devant la poignée, prononçant ses dernier mots.

« Et n'oubliez pas mes souliers, ils sont juste derrière la 6ème rangée de sièges. Je ne peut pas marcher pieds nus dans l'enceinte de l'école ! »

Un ricanement échappa les lèvres du jeune homme alors qu'il se leva, avant de sauter en bas de la scene, attérissant dans l'allée. Malgré tout, cela serait peut-être une nouvelle experience pour lui, et surtout qu'il avait pas n'importe qui comme leader. Une femme de caractère avec bien des capacités. Du coup, c'est sur cette pensé qu'il marcha vers la 6ème rangée pour aller reprendre ses souliers qu'elle avait laisser au part avant, avant de se diriger vers elle. Le sourire au visage il répondit avec vigueur.

« Bien mon sergent, j’espère être à la hauteur de vos espérance et que je serais digne de votre confiance. »

Le jeune mercenaire, maintenant devenu soldat, ne pu s'empêcher de faire un salut devant son nouveau leader avant de se agenouiller au sol, posant les souliers au sol. Ses yeux étaient fixé vers ses pieds nu, qu'il prit avec délicatesse, avant de l'aider à enfiler la premiere, de manière assez courte. Lent, et precis, il prit son temps pour que cela ne soit pas désagréable avant de faire de même avec le second. Une fois fini, il se redressa avant de sourire en sa direction.

« Voilà, déjà une tache de faite. »

Il rigola un petit peu d'un ton taquineur avant de prendre la poignée de la porte, l'ouvrant pour son nouveau chef, même si il aimerait utiliser le terme princesse. Mais, malheureusement il va devoir se retenir pour l'instant.
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une Visite de Courtoisie [PV Chrysmel]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une Visite de Courtoisie [PV Chrysmel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mana Chronicles :: Eklaymona :: L'Académie Yhk Alsh :: Bâtiment principal :: 1er étage :: Amphithéâtre-
Sauter vers: